Rendez-vous sur Philo par tous et les cafés philo

La philosophie
et son enseignement

Association Philosophie par Tous


Version images
English Version
Infos
Activités
Revue de presse
Cafés-philo
L’Incendiaire
Librairie
Bibliographie
Liens
 
Enseignement
Café-philoWeb
Association Philosophie par tous
38 rue du Pied de Grolle
86000 POITIERS
FRANCE
Tél 05.49.88.94.56


Nous proposons sur cette page :

A quoi sert l’école ?

Contre les effets pervers de la mémoire courte, l’interview d’un maître auxiliaire de philosophie : Nous ne sommes pas des bêtes de concours : la question des Maîtres-auxiliaires de philosophie.

Une sélection administrative révoltante.

Appel aux Maîtres-Auxiliaires et à tous ceux que l’injustice révolte!

Autres pages sur l’enseignement de la philosophie


À quoi sert l'école *

S’il n’y a pas plus tard des grèves de professeurs ou des manifestations d’étudiants, la rentrée scolaire est l’occasion une fois dans l’année de se poser la question de l’éducation de masse : à quoi sert l’école ? Et d’y répondre (surtout de n’y pas répondre) en mettant en avant la suppression de postes, la fermeture de classes (restrictions budgétaires !), la précarité des Maîtres-Auxiliaires, l’illétrisme et le problème de la violence. Sujets importants mais qui sont plus particulièrement mis en lumière car ils permettent de masquer les vraies difficultés. Pourtant la question de savoir à quoi sert l’école mériterait qu’on s’y arrête plus longuement car tous ces problèmes énoncés supposent qu’on a apporté une réponse à cette question. La question est d’autant plus importante que l’Éducation Nationale est le premier poste budgétaire de l’État et elle touche même indirectement la plupart des français.

Tout le monde a même une petite idée à son sujet et semble d’accord sur ce que devrait être le but de l’école. "A quatorze ans d’intervalle et avec une majorité politique opposée, les deux dernières lois relatives à l’éducation, celle de 1975 dite loi Haby, et la loi Jospin en 1989, fixent les mêmes missions au système éducatif. En 1975, il est écrit : la formation scolaire " favorise l’épanouissement de l’enfant, lui permet d’acquérir une culture, le prépare à la vie professionnelle et à l’exercice de ses responsabilités d’homme et de citoyen " (art 1). En 1989 [...] : " Le droit à l’éducation est garanti à chacun, afin de lui permettre de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, d’exercer sa citoyenneté " (art. 1). L’école est donc conçue pour faciliter à la jeune génération l’apprentissage d’un métier, l’acquisition d’une culture, la maîtrise des capacités qui font le citoyen"(1). L’idée qu’on se fait généralement de l’école engage ainsi une véritable conception de l’Homme et du sens de sa vie. L’école semble servir à deux choses, l’épanouissement personnel de l’individu et lui permettre de trouver une place dans la société. Mais ces deux aspects peuvent-ils vraiment être conciliés ?

D’abord, qu’est-ce que cet " épanouissement personnel " ? Il est assez difficile de le dire. Bien que ce soit distingué dans les lois d’orientation de 1975 et de 1989 dont on vient de parler, on serait tenté de dire qu’il passe par la culture, la connaissance et le savoir. Mais il faut bien se rendre compte que notre société à une attitude assez ambivalente vis-à-vis de la connaissance et du savoir. Pour que le pays soit de plus en plus productif, il est nécessaire que le plus grand nombre ait accès au savoir. Le monde moderne a plus besoin d’ouvriers spécialisés que de manoeuvres, d’où l’objectif des 80% d’une génération au bac. Mais le savoir est incontrôlable, il est impossible de ne donner aux gens du peuple que ce savoir qui ne serait utile que pour mieux produire. Une fois qu’ils ont le savoir, ils sont capables de l’utiliser comme ils l’entendent et surtout de s’en servir hors du domaine limité pour lequel il a été enseigné. Comme l’explique très bien Jacques Rancière : "On voudrait arriver à calculer exactement ce qu’il faut donner à un homme du peuple pour qu’il devienne un artisan éclairé et non plus un artisan routinier. Le problème c’est qu’un artisan éclairé est aussi un sujet intellectuel qui se met à cogiter de manière plus ou moins désordonnée sur sa condition et l’ordre du monde, avec les conséquences que l’on sait"(2).

Ainsi le but de l’école n’est ni la culture, ni la connaissance, ni le savoir. Ces derniers, en tant qu’épanouissement personnel, ne sont que des moyens en vue d’une fin. C’est que l’épanouissement personnel n’est un souci ni de nos dirigeants ni de la société, à moins qu’il ne coïncide avec ce qui est plus économiquement utile : le fait d’être un producteur-consommateur. Lorsqu’on est enfant on peut encore s’épanouir en connaissant, mais plus le temps passe plus l’épanouissement doit coïncider avec le travail et la consommation. Plus l’élève avance dans sa scolarité et plus le second objectif prend le pas sur le premier, pour totalement l’éliminer à la fin de sa scolarité ou durant la terminale. On peut réellement remarquer une volonté d’épanouissement de l’élève durant ses années d’école primaire mais plus question l’année du bac de s’épanouir : le but est seulement d’avoir ce diplôme même si on en "bave" beaucoup, même si on doit un peu "marcher sur les autres". Il était écrit dans le contrat éducatif d’un lycée que j’ai connu que le but du lycée était de "conduire l’élève au niveau maximum auquel il peut prétendre, de faciliter son insertion dans la société et dans le monde économique". Mais il stipulait aussi qu’il doit contribuer " à l’épanouissement de chacun" et au "développement de sa personnalité", ce qui voulait dire qu’il devait permettre à l’élève de réaliser les projets qui ont motivé son inscription au lycée. Quels sont donc ces projets ? Est-ce de se cultiver afin d’avoir le bac ? N’est-ce pas plutôt seulement avoir le bac ? Le modèle de l’épanouissement personnel n’est pas la connaissance mais le travail. Le but de l’école c’est de permettre à l’individu d’avoir un travail intéressant qu’il a choisi. Ainsi défini l’épanouissement de l’individu ne fait qu’un avec le fait qu’il trouve sa place dans la société.

Ainsi que peut bien vouloir dire "permettre à l’individu de trouver une place dans la société" ? Est-ce que cela veut dire en prendre soin, l’éduquer, le former pour qu’ensuite il soit un citoyen responsable et intégré dans la société ? On voudrait nous le faire croire lorsqu’on nous parle d’épanouissement personnel, mais ce n’est pas de cela dont il est question. Ce qui n’est pas dit dans les lois Haby et Jospin de 1975 et de 1989, mais que l’on peut constater dans la pratique et qu’aucun spécialiste ne remet en question, c’est que l’école, outre sa fonction éducative, a pour autre fonction de trier chaque génération, de répartir les " nouveaux venus " dans la formation sociale(3), c’est-à-dire de former diront certains, ou de reproduire diront d’autres, la hiérarchie sociale.

On pourrait penser que l’école sert à former les élèves en fonction de leurs capacités pour leur faire occuper l’emploi qui est le meilleur pour eux. Il ne s’agirait donc pas, avant tout, de permettre aux individus de trouver une place dans la société mais de former ceux qui occuperont certaines places dans le monde travail, qui représente à lui seul et aux yeux de tous la seule hiérarchie sociale. Cela paraît idéal. Pourtant il est quand même question ici de hiérarchie, c’est-à-dire d’une "organisation sociale dans laquelle chacun se trouve dans une série ascendante de pouvoirs ou de situations" (Petit Robert). Ainsi il ne s’agit pas tant de former ceux qui occuperont certaines places, mais de les sélectionner afin de mettre en place une "série ascendante" dans laquelle les emplois ont une valeur supérieure ou inférieure : il vaut mieux être cadre supérieur que cadre moyen, il vaut mieux être cadre qu’ouvrier, il vaut mieux être ouvrier qualifié qu’ouvrier spécialisé. L’école fonctionne donc comme un immense entonnoir. Dans le monde du travail il y a des places qui ont plus de valeur que d’autres, le travail y est plus intéressant mais surtout bien plus payé, mais elles sont rares. De plus avec les 3 000 000 de chômeurs, il n’y a pas de place pour tout le monde. Il y a des filières à l’école pour y arriver mieux que les autres et obtenir ces meilleures places : l’ancienne terminale C baptisée terminale S spécialité Maths (c’est plus long et surtout ça cherche à masquer la réalité des inégalités), puis les grandes écoles. Tous les élèves (au moins leurs parents) veulent faire S spécialité Maths pour aller dans les grandes écoles et avoir un travail mieux payé que les autres et être en haut de la hiérarchie sociale. Peu y arrivent et beaucoup restent sur le bord du chemin. L’école sert donc à sélectionner l’élite, les meilleurs élèves, ceux qui vont aller dans les "grandes écoles", la minorité qui aura tous les pouvoirs. Les autres doivent se contenter des postes subalternes voire du chômage et de l’exclusion. Une économie concurrentielle ne peut générer qu’une société concurrentielle, et une société concurrentielle qu’une école concurrentielle. L’école se calque sur la société qui elle-même se calque sur l’économie.

L’école sert à sélectionner les meilleurs, ce qui l’amène à chercher à justifier cette sélection c’est-à-dire à légitimer l’inégalité sociale. Nous sommes au coeur de l’idéologie libérale et méritocratique actuelle : tout le monde est sur la même ligne de départ dans la course pour la vie, il y a égalité des chances et la même route est offerte à tous, les meilleures places seront occupées par les plus rapides. Égalité des chances, inégalité de fait. La différence sociale est justifiée par les différences de personnalités, de capacités, de tempéraments, de dons...

Tout serait pour le mieux si la sélection s’effectuait de nouveau à chaque génération. Mais nous pouvons constater que ce sont toujours les mêmes qui sont le plus rapides ! En gros, les enfants de cadres supérieurs et d’enseignants seront à leur tour cadres supérieurs ou enseignants, les enfants d’ouvriers et d’employés seront à leur tour ouvriers ou employés. Si on considère que la filière C (S spécialité maths) conduit presqu’automatiquement à l’encadrement et les filières techniques (F, G, maintenant STI et STT) à être ouvrier ou employé, en 1980 (il y a 16 ans !(4)), un fils de cadre supérieur qui n’a jamais redoublé, sur deux est en terminale C, et une fille d’ouvrier qui a au moins redoublé une fois, sur deux est en terminale G. Comme l’analysent très bien Christian Baudelot et Roger Establet, le niveau monte mais les écarts se creusent. Les enfants des catégories du bas de l’échelle sociale ont de plus en plus accès aux études, "En 1959-1960, les enfants des professions libérales, cadres supérieurs, représentaient 29,4% de la population universitaire, et les enfants d’ouvriers, 5,5%. Ecart de 23,9 points. En 1977-1978, ces proportions sont respectivement : 33,7% et 12,9%. Écart de 20,8 points"(5). Il semble y avoir eu une véritable démocratisation. Mais cette dernière n’est pas allée dans le sens de la réduction des inégalités, car au lieu de donner davantage à ceux qui ont le moins pour combler leur retard, on a "donné le maximum aux riches pour que les autres disposent d’un minimum"(6). En 1960 seulement 37,3% des enfants de professions libérales, cadres supérieurs et seulement 0,5% des enfants d’ouvriers (les " miraculés ") avaient accès à l’enseignement supérieur. En 1976 71,8% des enfants de professions libérales, cadres supérieurs et seulement 4,5% des enfants d’ouvriers y avaient accès(7). Si on précise qu’on n’a utilisé que les statistiques de l’université sans tenir compte des grandes écoles, on peut considérer qu’en 1976, la plupart des enfants de professions libérales, cadres supérieurs avait accès aux études supérieures tandis que l’immense majorité des enfants d’ouvriers (95,7%) restait à la porte ! Les inégalités n’ont fait que se creuser. D’autant plus qu’actuellement avec 50% d’une génération qui a le bac, la situation s’est déplacée de l’université aux grandes écoles. En 1992 il y avait à peu près 12% d’enfants d’ouvriers et à peu près 36% d’enfants de professions libérales, cadres supérieurs à l’université et en 1990, il y avait à peu près 3% d’enfants d’ouvriers et à peu près 50% d’enfants de professions libérales, cadres supérieurs à l’université(8).

En fin de compte le système scolaire sert une infime minorité de privilégiés. Cette minorité dont les enfants vont suivre les bonnes filières dans les bons établissements et qui feront les bonnes grandes écoles pour avoir les meilleurs postes de pouvoir(9). Les autres élèves importent peu et sont progressivement éliminés c’est-à-dire réorientés vers le monde du travail. Le système scolaire sert cette infime minorité de privilégiés en s’occupant en priorité de ses enfants qui deviendront à leur tour des privilégiés. Il les sert aussi en faisant croire qu’elle se préoccupe de tous les élèves puisqu’elle vise leur épanouissement personnel. D’autre part il les sert en faisant croire qu’il y a une réelle égalité des chances, une réelle compétition où ce sont les meilleurs qui y arriveront et auront les meilleures places alors que les dés sont pipés et que ce sont toujours les mêmes qui ont les meilleures places. Et enfin il les sert car il permet d’organiser leurs subordonnés, il forme le personnel employé et il les empêche de tout remettre en question. L’école sert avant tout à reproduire la hiérarchie sociale et à justifier son inégalité.

Que faire alors ? Nous l’avons vu l’école dépend de la société, il faudrait donc changer la société pour changer l’école. Peut-être certaines mesures sont-elles envisageables ? D’abord supprimer les grandes écoles (d’ores et déjà il faudrait arrêter d’obliger les professeurs de terminale, voire leur interdire, de remplir les dossiers d’admission dans les grandes écoles). Supprimer aussi les lycées professionnels (LP), il n’y a aucune raison que l’éducation nationale soit au service des employeurs et des entreprises et leur forme leur personnel. Il s’agit de permettre à tous les élèves de suivre un enseignement vraiment général. On ne voit pas pourquoi il n’y a pas de "technique" dans les lycées d’enseignement général, il faudrait donner les moyens à tout élève de connaître la mécanique, l’électricité, l’électronique etc... ainsi que des techniques de secrétariat et de gestion aussi bien que les maths, la physique, l’histoire-géo et les langues. Il ne s’agit pas, encore une fois, de former du personnel ou des spécialistes mais de permettre à chacun de maîtriser le monde qui l’entoure, de pouvoir agir sur lui, afin d’être autonome et de ne pas être manipulable par le premier spécialiste venu. Dans la même optique il faudrait au moins introduire l’enseignement de la médecine et du droit, afin que les futurs citoyens responsables maîtrisent leur santé et les dispositions légales qui les entourent. Ici encore il s’agit d’être vraiment responsable et de ne pas se faire manipuler.

Jean-françois Chazerans

  * Article paru à l’origine dans le magazine philo-journalistique Socrate & C°, n°2 (octobre 1996), pp. 39-42.

(1) Robert Baillon, La bonne école, Hatier, 1991, p. 71-72.
(2) L’école de l’égalité en questions, Le métier d’instruire : pédagogie et philosophie, CNDP- Poitiers, CRDP, 1992, p 48.
(3) Robert Baillon, La bonne école, Hatier, 1991, p. 72.
(4) Les chiffres sont, en ce domaine comme dans ceux qui sont similaires, très confidentiels quand ils existent. Ils ne sont pas aussi de toute première fraîcheur ! Voir Alain Bihr et Rolland Pfefferkorn, Déchiffrer les inégalités, Introduction, Syros, 1995.
(5) Robert Baillon, La bonne école, Hatier, 1991, p. 101.
(6) Christian Beaudelot et al., Les étudiants, l’emploi, la crise, Maspéro, 1981, p. 29.
(7) Robert Baillon, La bonne école, Hatier, 1991, p. 102.
(8) Alain Bihr et Rolland Pfefferkorn, Déchiffrer les inégalités, Syros, 1995, p. 372 et 374.
(9) Au cours d’un conseil de classe de troisième trimestre d’une classe de terminale S spécialité biologie, à un parent d’élève qui demandait pourquoi les moyennes de physique étaient si basses, le professeur a répondu que les grandes écoles avaient augmenté leurs exigences. Un professeur a alors voulu savoir combien d’élèves étaient concernés par les grandes écoles, le proviseur lui a répondu : plus que vous ne croyez ! Effectivement aucun élève de cette classe n’était admis en grande école.

Nous ne sommes pas
des bêtes de concours :
La question des
Maîtres-auxiliaires
de philosophie*

Socrate & C° : Pourquoi préférez-vous rester dans l’anonymat ?
Maître-Auxiliaire de Philosophie au chômage : On n’est jamais assez prudent ! Avez-vous entendu parler des "malheurs d’un philosophe métaphorique"(Le Monde, 16-17 juin 1996 p. 1) ? Gil Ben Aych, MA philo depuis deux ans et candidat malheureux au CAPES, a eu la "maladresse" de publier une lettre ouverte relatant son "entrevue catastrophique" avec le jury dans Le Monde du 25 juin 1992. Lorsqu’il obtient le CAPES en 1994, il devient le prof de France le plus inspecté, n’obtient pas sa titularisation au bout de ses deux années de stage, et est renvoyé définitivement le 6 juin 1996.
Socrate & C° : Depuis quand enseignez-vous ? Et depuis quand passez-vous le concours ?
MA de Philo : J’enseigne depuis plus de 5 ans et j’ai officié dans 5 établissements. J’échoue à l’épreuve du C.A.P.E.S. depuis bien longtemps, depuis 10 ans (5 fois en externe et 4 fois en interne).
Socrate & C° : Que pensez-vous du concours ?
MA de Philo : Je pense que tout ce que peuvent en dire ceux qui le défendent est déconecté de la réalité et surtout est complètement illusoire. Tout ce qu’ils peuvent en dire sert à justifier autre chose que ce que ça semble justifier, cela pour se donner bonne conscience et éviter de se remettre en question et de changer. Les membres des jurys pensent qu’ils sauvegardent l’égalité des candidats, quelle que soit leur origine, et assurent le maximum d’homogénéité et de qualité dans le recrutement. C’est ce que défend Jean Lefranc, président de l’association des professeurs de philosophie (L’enseignement philosophique, juillet-août 1992, pp. 85-86). C’est une sorte de fantasme voire de délire. Même si on ne considère que les candidats qui sont encore étudiants cette remarque peut-elle vraiment se justifier ? Mais si on prend en considération les maîtres auxiliaires, c’est une stupidité qui dénote un manque total de jugeote, ne pourait-on pas dire pour sauver le prof de philo qui l’a énoncée (collègue durant l’année correcteur membre du jury pour le concours !) qu’elle est plutôt faux-cul, en tout cas elle est révoltante. Un candidat-étudiant peut à la limite être recalé, le métier de prof peut ne pas lui convenir, il faudra qu’il se décide à faire autre chose. Mais un M-A est un prof, depuis des fois très longtemps, que va-t-il faire si, ayant pratiqué il sait qu’il convient à l’enseignement et que seul l’enseignement lui convient ?
Socrate & C° : Pensez-vous vraiment convenir à l’enseignement ?
MA de Philo : En tout cas je conviens à l’administration et pas grand’chose ne m’a été épargné. J’ai toujours été bien noté administrativement, j’ai été inspecté au bout de trois mois d’enseignement, j’ai eu un bon rapport et ma note est 13. Et si cela veut dire quelque chose, mes élèves n’ont pas des résultats au bac différents de ceux de mes collègues. J’ai commencé à enseigner en étant prévenu 3 jours avant la rentrée (il y a deux ans j’ai commencé avec 2 semaines de retard en étant prévenu la veille pour le lendemain), sur un poste à 60 km de chez moi et ayant, entre autres, une terminale littéraire. Je n’ai jamais échappé à la correction des copies du Bac ni aux oraux de rattrapage. Les MA ont toujours des conditions de travail plus difficiles que les autres enseignants, ils ont les établissements, les classes et les emplois du temps que les autres ne veulent pas. La meilleure anecdote : un de mes amis habitant Poitiers a eu un demi poste à Cognac l’autre à Angoulême, il a accepté il faut bien manger ! Lorsqu’il a déclaré ses impôts il s’est mis aux frais réels et il a été convoqué par le percepteur car ses frais kilométriques paraissaient incroyables et falsifiés.
Socrate & C° : Au fond des conditions de travail scandaleuses ne sont-elles aussi imposées à certains professeurs ?
MA de Philo : Sûrement mais la question n’est pas là. Personne n’a fait la fine bouche, me disant que je ne sais pas faire une dissertation, lorsqu’on avait besoin de moi pour camoufler la misère. Si je suis capable d’assurer un enseignement dans des conditions difficiles pourquoi ne le serais-je pas lorsque ces conditions sont plus favorables ? Si certain émettent cette idée c’est pour fuir leurs responsabilités. Par exemple, en 1991, 187 postes étaient offerts (drôle de terme !) au concours interne du CAPES de philo, 210 candidats présents, 89 admissibles, 64 admis ! De qui se moque-t-on ? Connaît-on le nombre de MA sur les 210 candidats ? Connaît-on le nombre de MA sur les 64 ? C’est révoltant ! Il est écrit dans le rapport du jury : "Les épreuves orales ont été très décevantes" en tout cas les MA n’ont pas eu le concours, sont restés MA l’année suivante et, décevant ou pas, ont eu des postes et ont formé leurs élèves pour le bac. Bien plus, moi qui n’avais jamais enseigné j’ai eu mon premier poste complet de MA cette année-là, personne ne s’est posé la question de savoir si je fus décevant. Encore plus, ces MA et moi-même nous sommes au chômage cette année. Pour ma part j’ai deux enfants et ma femme, MA comme moi, est au chômage. Cette année nous avons des allocations chômages mais l’année prochaine si rien ne change, plus rien, serons-nous à la rue ?. Comment peut-on ne pas tenir compte de la réalité du monde du travail ? Comment peut-on ne pas se compte qu’en ne donnant pas le concours aux MA on les licencie et les condamne à la misère ?
Socrate & C° : Le jury de ce concours est-il vraiment responsable de cette situation ?
MA de Philo : Les membres du jury semblent penser que l’échec au concours d’un candidat est pour lui une blessure narcissique, c’est une gloire de l’avoir un déshonneur de ne pas l’avoir. Peut-être l’est-ce pour les étudiants qui passent le concours externe et qui n’ont jamais enseigné, mais pour les MA ce n’est pas une question de renommée mais une nécessité de survie. D’autre part les membres du jury pensent qu’ils se dévouent à une tâche difficile. C’est l’interprétation du correcteur mais quelle est celle du candidat (heureux ou malheureux) ? En tout cas mon interprétation, et elle semble partagée par ceux que je connais et qui sont ou ont été dans le même cas que moi, c’est que ce qui est appelé dévouement est seulement jouissance d’un pouvoir.
Socrate & C° : C’est un peu gros non !
MA de Philo : Ce qu’on peut à la rigueur admettre pour le C.A.P.E.S. de maths ou de physique, ne peut s’admettre pour celui de philosophie, car les non-philosophes n’ont eu ni Nietszche, ni Marx, ni Foucault pour ne citer qu’eux. Un candidat malheureux affirmait un peu maladroitement dans sa lettre au journal Le Monde (8 juin 1992), que les membres du jury ignoraient les oeuvres de Gilles Deleuze, il me semble que ce qui est grave ce n’est pas d’ignorer les oeuvres mais d’ignorer ce dont il est question dans les oeuvres. D’oublier de réfléchir sur ce dont il est question dans les oeuvres c’est s’oublier en tant que philosophe. En l’occurence ce ne sont pas les oeuvres de Gilles Deleuze que les membres du jury ignorent mais ce dont parle par exemple Foucault dans ses oeuvres, dans le cas présent ce qui est grave c’est d’oublier de réflechir sur le pouvoir lorsqu’on en exerce un !
Socrate & C° : Peut-il exister un concours sans rapports de pouvoir et de domination ?
MA de Philo : En tout cas le concours actuel est un rapport de pouvoir. Il y a, il me semble, quelque chose d’incompatible entre la philosophie et l’état actuel du concours et d’ailleurs peut-être avec l’idée de concours tout court ! Comment quelqu’un qui se dit philosophe peut-il défendre envers et contre tout l’ordre établi et justifier le plaisir qu’il tire du fait de son petit pouvoir ? Je définirais la philosophie, comme je le fais en classe en m’aidant de l’allégorie de la Caverne chez Platon : on commence à philosopher lorsqu’on tourne la tête, lorsqu’on est détourné des illusions, on se rend compte alors qu’on a été manipulé par des manipulateurs. On continue à philosopher lorsqu’on est détrouné du monde de la manipulation. Pratiquer la philosophie c’est donc entre autre refuser de manipuler avec les manipulateurs. Que retient-on d’habitude de ce texte ? D’abord le monde des ombres et de l’illusion puis on passe très vite à l’ascension et au monde des Idées et on y reste ! Que dire du fait que le prisonnier tourne la tête ? pas grand’chose, ça renvoie au désir et qui plus est au désir sexuel : trop trouble pour la "raison". Surtout que dire des "montreurs de marionnettes", de ceux qui manipulent les prisonniers, qui leur font prendre des vessies pour des lanternes, qui les maintiennent dans l’illusion et qui abusent de leur pouvoir ? pas grand’chose non plus, ça renvoie au pouvoir et qui plus est au pouvoir politique : trop subversif pour les employeurs des profs de philo ! Mais ça renvoie aussi à la façon dont les profs de philo sont sélectionnés et sélectionnent : pour avoir le concours, ils sont manipulés par des manipulateurs et lorsqu’ils l’ont deviennent eux-mêmes manipulateurs.
Socrate & C° : Y a-t-il une possibilité pour qu’un prof de philo membre du jury de concours soit aussi philosophe ?
MA de Philo : Comme l’a écrit Jean Toussaint Desanti, "être philosophe, c’est avant tout ne pas se contenter. C’est surtout ne pas se reposer dans la pure possession des formes de pensée philosophiques qui sont notre héritage. Se dire, au fond, que rien ne doit être possédé et que, si l’on dispose de ce qu’on appelle des données, un acquis culturel, on doit toujours les considérer comme disponibles, critiquable, et promis à la destruction. A mon sens, être philosophe, même à l’égard des sciences, consiste à introduire dans la bonne conscience du savoir l’inquiétude et la négation. Par conséquent, dès l’instant où il apparaît qu’on ne peut pas se reposer dans le savoir constitué et qu’il serait imprudent de s’en remettre à ceux qui savent, je dirais qu’il appartient à tout homme d’exercer, dès qu’il entre en révolte ou en contestation, la fonction philosophique". Faire de la philosophie c’est donc interroger tous les savoirs et tous les pouvoirs, pourquoi laisser de côté ceux des membres du jury du CAPES et des philosophes de profession ? Que peut-on en conclure ? On ne peut être à la fois membre du jury et philosophe. La seule solution pour qu’un membre du jury soit vraiment philosophe c’est qu’il démissionne de son poste !
Au fond ne vaut-il pas mieux penser comme Socrate ? "Quant aux honneurs et aux louanges qu’ils pouvaient alors se donner les uns aux autres, et aux récompenses accordées à celui qui discernait de l’oeil le plus pénétrant les objets qui passaient, qui se rappelait le plus exactement ceux qui passaient régulièrement les premiers ou les derniers ou ensemble, et qui, par là, était le plus habile à deviner celui qui allait arriver, penses-tu que notre homme en aurait envie, et qu’il jalouserait ceux qui seraient parmi ces prisonniers en possession des honneurs et de la puissance ? Ne penserait-il pas comme Achille dans Homère, et ne préférerait-il pas cent fois n’être qu’un valet de charrue au service d’un pauvre laboureur et supporter tous les maux possibles, plutôt que de revenir à ses anciennes illusions et de vivre comme il vivait ?"(République, Livre VII).

* Interview parue à l’origine dans le magazine philo-journalistique Socrate & C°, n°2 (octobre 1996), pp. 43-45.

Une sélection administrative révoltante

Combien y a-t-il de maîtres-auxiliaires (MA) en poste dans l’Education Nationale ? Combien sont réemployés ? 22000, 25000, 30000 ? Il faut dire les choses telles qu’elles sont : il y a encore des milliers de MA ! Contrairement aux fois précédentes où ces MA ont été intégrés, il leur suffisait d’avoir quelques années de bons et loyaux services pour devenir des enseignants à part entière, actuellement il leur faut impérativement avoir un concours en bonne et due forme. Le problème c’est qu’ils ont été incapables d’avoir les concours existants (CAPES interne et externe, on ne parle pas de l’agrégation !). Alors l’Éducation nationale dans sa grande mansuétude a crée des concours exprès pour eux : le CAPES spécifique. Malheureusement il y avait moins de postes à ce concours qu’au CAPES Interne et les examinateurs étaient bien plus sévères, alors les MA l’ont boudé. L’Éducation nationale, persévérante, a donc crée un autre concours : le CAPES réservé. Mais les MA sont vraiment ingrats, à Paris ils ont perturbé les écrits (à Poitiers, nous avons passé ces épreuves protégés par la police !). Alors l’Éducation nationale qui ne manque pas d’idées, pour éviter d’autres perturbations (on se doute que les MA seront encore ingrats !) a décidé de faire passer aux candidats, non plus un écrit et un oral, mais deux oraux. Pour le premier oral, ou oral d’admissibilité, les candidats doivent envoyer un dossier sur leur expérience personnelle. C’est là que ce serait presque comique : le texte fixant la date limite d’envoi des dossiers impérativement au 10 janvier 1998 (le cachet de la poste faisant foi !) est paru au Bulletin Officiel daté du… 10 décembre 1997 ! Il faut savoir que dans le meilleur des cas ce Bulletin Officiel est arrivé durant les vacances dans les établissements, que, l’esprit encore embrumé par les vapeurs d’alcool des fêtes de fin d’année, personne ne s’est dépêché de le lire, si bien que les MA qui ont réussi à être informés ont rédigé dans l’urgence leur dossier et un nombre important (personne n’a de chiffres) ne l’a pas envoyé. Les Recteurs ont pourtant eu une circulaire fin novembre leur demandant de prévenir les chefs d’établissement pour qu’ils informent les MA. J’ignore ce que a été fait dans les autres académies mais dans l’académie de Poitiers, il y a eu seulement un message minitel la veille ou l’avant veille des vacances (18 ou 19 décembre), message auquel personne n’a rien compris puisque personne ne connaissait l’existence du Bulletin officiel.
L’Education nationale va enfin pouvoir se plaindre de l’ingratitude des MA. Ces fainéants ne se sont même pas donnés la peine de rédiger leur dossier. Ceux qui l’avaient rédigé ne se sont même pas donnés la peine de l’envoyer à temps. Un doute doit germer dans esprit de l’Education Nationale : avec tout ce qu’elle a fait pour eux ces MA, sont-ils vraiment motivés pour devenir de vrais profs ?!

Appel aux maîtres auxiliaires et à
tout ceux que l'injustice révolte
!

Que sont donc devenus les maîtres auxiliaires ?
Certains ont obtenu un poste, les autres (qui ont 3 ans d’ancienneté) ont été réemployés à la rentrée 1997, mais ce qui n’a pas été dit c’est qu’ils l’ont été sur des postes qui n’ont le plus souvent aucun rapport avec leur discipline : secrétariat, documentation, vie scolaire, surveillance… Je suis pour ma part maître-auxiliaire de Philosophie au chômage depuis 2 ans. J’ai refusé à la rentrée mon poste de réemploi promis par le Ministre, car le Proviseur voulait me faire faire du travail administratif. D’abord ayant seulement une formation de philosophie, je ne me sens pas capable de faire un travail pour lequel je n’ai pas été formé. D’autre part, je me suis toujours refusé à prendre le travail des autres. Déjà lorsque j’étais Surveillant d’Externat je n’ai jamais accepté de faire une heure supplémentaire considérant qu’il y avait assez d’étudiants qui demandaient du travail à qui on pouvait faire appel. L’année dernière de mars à juin j’ai été réemployé, et c’était parce qu’il n’a pas été question que je fasse secrétaire ou surveillant ou documentaliste, que j’ai accepté. J’ai été promu " Principal adjoint ", ce qui était ironiquement acceptable.
A la rentrée j’ai bien essayé de proposer au Proviseur qu’il me fasse faire quelque chose en rapport à la philosophie, cours ou soutien. Ce ne fût pas possible car dans l’établissement où j’ai été nommé, il y avait déjà un prof de philo titulaire en sous-service. D’autre part tous ces MA en réemploi sont vraiment une aubaine pour les Proviseurs car ils servent à palier l’indigence des moyens et le manque d’organisation de l’administration.
Trop c’est trop, j’ai donc refusé. Je n’aurais peut-être pas dû car l’administration (les services du Rectorat) n’avaient pas envisagé cette possibilité ! Je suis donc encore actuellement considéré comme étant en poste dans l’établissement où j’ai été nommé mais je n’y suis pas payé bien sûr. Je ne suis plus payé comme chômeur puisque je suis réemployé et qu’il n’était pas question d’envisager que l’on puisse refuser donc je n’ai plus aucun revenu depuis septembre 97. L’affaire est encore en cours et je suis curieux de savoir ce qui va se passer. Vont-ils essayer de me faire radier du chômage ? Pour quelles raisons ? Vont-ils admettre, malgré ce qui semble dire le Ministre, que tous les MA n’ont pas été réemployés à la rentrée 97 ? Mon cas est-il unique ?
Qu’en est-il pour les autres MA ?
Le Ministre et l’administration réussissent pour le moment à sauver les apparences mais pour combien de temps ? car de qui se moque-t-on ? Surtout quel gaspillage ! Des MA qui ont un bon niveau d’étude et une bonne expérience de l’enseignement, payés pour se tourner les pouces pendant que certaines classes sont surchargées et que les profs en poste ne sont remplacés qu’au bout de 2 semaines d’arrêt maladie consécutifs. Et tout ça pourquoi ?
Que deviendront ces MA (ceux qui sont en poste et les autres) à la rentrée 98 ? Peut-on vraiment penser sans rire qu’ils auront le concours qui leur est réservé ou un autre ?
Pourquoi alors ne l’ont-ils pas eu en 97 ? Surtout pourquoi ne les a-t-on pas intégrés comme toutes les autres fois que le problème s’est posé ? Parce que des syndicats (jaunes ?!) au Ministre, tout le monde prône le sacro-saint concours ! Je suis révolté par le sort qui est réservé aux maîtres auxiliaires. Ces sous profs ont parfois plus de 10 ans d’ancienneté et doivent maintenant faire leurs preuves en passant et réussissant leur concours. Qu’est-ce que ça veut dire s’ils ne le réussissent pas ? Si ça veut dire qu’ils ne sont pas capables d’être prof, qu’en était-il lorsqu’il étaient en poste ? Nous attendons que l’Éducation Nationale fasse son mea culpa et dise publiquement que durant de longues années elle s’est moquée des élèves et de leurs contribuables de parents en nommant sur certains postes et en les payant des personnels incompétents ! Est-ce que ça ne veut pas plutôt dire que le concours est une vaste fumisterie qu’il convient d’abroger !
Il faut bien se rendre à l’évidence l’Éducation Nationale ne peut pas se passer des MA alors pourquoi ne pas aménager deux façons d’accéder à l’enseignement : le concours externe et l’auxiliariat des MA. Le passage par le corps des MA semble être une aussi bonne, sinon meilleure, école que le concours. Surtout cela règle avantageusement le problème du remplacement des professeurs absents (malades ou en stage). Pourquoi ne pas considérer qu’après un ou deux ans de remplacements et plusieurs inspections, le MA serait intégré, tiens on lui donnerait même le concours !


Haut de la page Page précédente | Accueil | Page suivante
Copyright © 1997 Association Philosophie par tous.
Reproduction autorisée avec mention de la source.
Ce serait quand même sympa de nous prévenir !
Ce site continu sur http://www.philo-par-tous.org